Le premier post de blog est toujours le plus difficile à écrire ; pas seulement parce qu’il porte la responsabilité d’ouvrir la voie (la voix ?) à ceux qui suivront, mais aussi et surtout parce qu’il s’adresse timidement à des lecteurs qui ne sont à l’heure de la rédaction que virtuels : projeté tout seul sur la Toile indifférente, il doit attendre que son bourdonnement maladroit (l’entêtant buzz…) attire peut-être l’attention d’autres trajectoires solitaires sensibles aux mêmes vibrations.

La métaphore entomologique est un peu frelatée, j’en conviens, mais elle se prête bien à la réalité décrite : car il s’agit bien, en lançant des mots sur Internet, du désir secret de les entendre se frotter à d’autres, encore à venir, dans l’espoir que de leur crissement mutuel naisse une musique qui n’était contenue, à l’origine, dans aucun d’eux. Quoi de plus apaisant, en effet, que le chant des grillons qui se répondent dans la nuit ?

Or, disons-le tout de suite, notre nuit sera ici andalouse, et nous la voulons peuplée de musiques vrombissantes. Elle parlera de chemins, d’origines, de parcours, d’enseignement et d’apprentissage aussi. Les textes, farouchement subjectifs, seront autant de fils de la vierge : une fois lâchés, ils flotteront au gré du vent d’été, dans toutes les directions sonores. À vous de les attraper. De les tisser. D’en faire votre étoffe.

Ils sont fragiles mais incassables.

No comments

You can be the first one to leave a comment.

Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *