Je suis immensément fier d’annoncer la première du spectacle “Monos” (seul, en grec) au théâtre de la Boîte à Gants (Lyon 1e).

Il s’agit d’une plongée dans le monde du rébétiko d’entre-deux guerres, cette musique des réfugiés Grecs de Smyrne rentrés en Grèce suite à la “Grande Catastrophe” de 1922. Des chansons poignantes qui parlent d’exil, de drogue et de solitude, reliées par un fil narratif théâtralisé qui en explicite les paroles.

Monos se déroule sur la scène abandonnée d’un caboulot du Pirée, très tard dans la nuit. Quelqu’un entre, il s’empare d’une guitare oubliée. La guitare n’est pas l’instrument du rébétiko, et l’homme n’est pas d’ici — peut-être même qu’il n’est pas ici. Il ne chante plus pour un public, pour gagner sa vie ; il chante pour traverser la nuit, pour que le jour se lève.

Venez nombreux ! J’aurai besoin de vous !

Share

No comments

You can be the first one to leave a comment.

Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>